La peur des autres est un système de matriochkas qui vous fait mal

de | 28 février 2017

Fille semblant éprouver la peur des autresLa peur des autres ou la timidité ou encore l’anxiété sociale est un système à trois éléments qui s’imbriquent les uns dans les autres, comme des matriochkas. Nous verrons que ce système échappe totalement au contrôle du timide tant qu’il n’en a pas pris conscience. Son entourage a intérêt à en prendre connaissance, notamment pour éviter les erreurs courantes des parents sur la timidité de leur enfant.

Verrouillant ce système à l’extérieur, les comportements d’évitements et d’inhibition que nous verrons en fin d’article.
A l’intérieur se trouve la peur du jugement des autres, qu’on abordera plus loin.
Enfin, ou pour commencer, au cœur du système, la peur du regard des autres.

La peur du regard des autres

Être regardé est perturbant pour tout le monde, en mal ou en bien. Le regard des autres déclenche à notre insu des réactions physiologiques comme une accélération légère du rythme cardiaque.

Chez la plupart des mammifères, fixer un congénère dans les yeux est souvent un préalable à l’agression.

En particulier un regard fixe peut devenir insupportable assez rapidement. Et de nombreux conflits interpersonnels peuvent être déclenchés par le simple fait de soutenir le regard de l’autre.

On peut montrer aussi que la tendance à éviter le regard des autres est proportionnelle à la gêne éprouvée, ponctuelle ou permanente. Dans une situation sociale intimidante, il est plus difficile de soutenir le regard des autres.

Présentes chez tout le monde, ces réactions sont plus fortes chez les anxieux sociaux ou les timides. De même le seuil de tolérance d’un regard trop appuyé est situé plus bas pour une personne souffrant d’anxiété sociale ou de timidité.

A ce mécanisme instinctif et animal de la peur des autres, s’ajoute une dimension psychologique.

La peur du jugement des autres

Là ça se complique un peu parce que plusieurs couches sont à l’œuvre.

On a d’abord l’anxiété d’évaluation : le timide est mal à l’aise parce qu’il craint d’être évalué et que cette évaluation soit mauvaise. Auquel cas il risquerait de subir mépris et moqueries.

Ensuite face à une situation sociale donnée, le timide va avoir tendance à sous-estimer ses capacités à y faire face.

De plus la peur du jugement des autres peut être renforcée quand l’anxieux social cherche à faire bonne impression mais craint en même temps de ne pouvoir y parvenir. Parce qu’il place lui-même les critères de succès trop haut.

Enfin le timide redoute aussi ses propres réactions. Ainsi il craint de bafouiller, de ne savoir que dire, de rougir, etc. Cette appréhension va le pousser à se concentrer davantage sur ses propres réactions que sur l’interaction en cours.

Pour fermer ce système de matriochkas, à l’extérieur se trouve la peur des autres dans la confrontation.

La peur des autres dans la confrontation

La peur de la confrontation se manifeste surtout par l’évitement. A force de ressentir de l’anxiété sociale ou même quand dans chaque échange on s’est senti dévalorisé ou ridiculisé, la tendance naturelle est d’y renoncer. Cette tendance est extrême chez les phobiques sociaux et les personnalités évitantes.
Mais le malheur de ce comportement d’évitement est que plus on évite une situation sociale redoutée plus on aggrave la peur des autres, selon le principe du renforcement négatif. Cette mécanique est d’ailleurs inconsciente, ce qui renforce encore sa nuisance.

Mais chez les timides, leur peur d’être rejeté ou dévalorisé étant moins violente, ils évitent seulement les situations sociales les plus impressionnantes. Pour les autres situations ils vont adopter un comportement d’inhibition. Et même dans un environnement sécurisant, les timides sont capables de communiquer avec leur entourage sans inhibition.

Pourtant il est possible de se délivrer de la peur des autres. C’est ce que nous allons voir rapidement.

Une solution gratuite

L’ensemble de ces mécanismes est vécu par tout le monde. Mais chez les timides ils prennent une force plus grande et se renforcent les uns les autres.

Malgré la solidité de ce système à trois matriochkas imbriquées, il est possible de s’en délivrer avec une méthode efficace en moins d’un mois. Pour avoir les infos cliquez ici : vaincre sa peur des autres.

Une réaction sur “La peur des autres est un système de matriochkas qui vous fait mal

  1. Ping : Les 3 mécanismes de l'anxiété sociale (la peur des autres) en 2 images

Laisser un commentaire

Be careful: Comments are moderated before publication. If you publish only your link with an ad text, your message will never be published. So I deleted more than 80,000 spam before publication in 7 years. So do not waste your time.
But if you post an interesting comment or a lived testimony, you are welcome.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *