Les 4 croyances les plus puissantes pour votre bien-être

Article de 1 993 mots rédigé par | 6 janvier 2020
Estime de soi élevée

Cet article est le plus profond que j’ai eu à écrire jusqu’ici. Et il prête à discussion. D’abord parce qu’il est relatif à mes lectures et mon expérience personnelle marquante. Mais vous pouvez avoir un point de vue différent sur ce sujet intime. Ensuite parce que les psys ne sont pas d’accord entre eux sur ce thème difficile à mesurer. En effet il y a deux écoles de l’estime de soi, j’y reviendrai. Pour l’instant voyons ce qui définit les 4 croyances les plus puissantes pour votre bien-être.

Définition de l’estime de soi

L’estime de soi est délicate à définir parce qu’elle est difficile à mesurer. En effet chacun peut avoir sa propre définition. D’ailleurs les psys ne sont pas d’accord entre eux.

Par exemple est-ce que les autres entrent en ligne de compte dans l’estime de soi ? Ou est-ce une question bien trop intime et profonde pour être laissée dans les mains d’un autre ? Et bien qu’on les confonde souvent, nous verrons plus loin la différence entre l’estime de soi et la confiance en soi.

L’estime de soi est à la fois l’image que l’on a de soi-même et une opinion affective globale sur soi. Autrement dit c’est d’une part, la façon dont on se voit dans nos caractéristiques et résultats. Et d’autre part l’affection que l’on porte sur l’ensemble de notre personne. Finalement elle peut être définie en une question : « ce qu’on voit de nous-même, on l’aime ou pas ? »

Surtout l’estime de soi est constituée de 4 composantes qui sont autant de croyances personnelles, dont certaines sont particulièrement difficiles à mesurer :

  1. l’amour de soi
  2. la vision de soi
  3. la confiance en soi
  4. l’affirmation de soi.

En particulier pour les trois premières, les autres n’interviennent pas.

L’amour de soi

Si l’estime de soi suppose une évaluation, l’amour de soi ne souffre aucune condition. Bien sûr il est facile de s’aimer quand on réussit, en regardant nos qualités et nos points forts. Mais on s’aime aussi malgré nos échecs, nos faiblesses et nos défauts.

En particulier l’amour de soi ne dépend pas de nos performances. C’est en cela qu’il diffère de la confiance en soi.

Ainsi l’amour de soi est la croyance la plus importante. Parce qu’il permet de mieux résister à l’adversité et de se reconstruire plus vite après un échec. Et aussi parce que, sans empêcher la souffrance en cas de difficulté, il protège du désespoir.

La vision de soi

La vision de soi est un examen de soi, de ses qualités et défauts et de ses attributs. Surtout il s’agit de tout regarder, les défauts mais aussi les qualités. Voir les points faibles mais aussi les points forts. Ainsi cette vision de soi se doit d’être la plus lucide et la plus complète possible.

Mais il arrive que la conviction personnelle ne soit pas fondée quand on croit voir un défaut ou un point faible qui n’existe pas. Ou encore quand on se nie un certains nombre de qualités.

Encore un fois l’évaluation des actes n’intervient pas ici. Puisqu’elle fait partie de la confiance en soi que nous allons voir maintenant.

La confiance en soi

La confiance en soi est la composante la plus connue de l’estime de soi. Il s’agit de croire que l’on est capable personnellement de faire telle chose, atteindre tel objectif ou réaliser telle performance.

Retrouver confiance en soi

Cette croyance a besoin d’actions pour être entretenue et développée. Effectuer des petites réalisations quotidiennes est aussi important que de respirer l’oxygène de l’air.

Contrairement à l’amour de soi et la vision de soi, la confiance en soi est assez facile à mesurer. Il suffit de s’observer agir dans tel contexte. Ou de se questionner sur sa capacité à faire quelque chose de nouveau et réalisable. Ainsi on a rapidement une mesure de sa propre confiance en soi. Par exemple quand on manque de confiance en soi on a tendance à voir du risque un peu partout.

Vous avez remarqué que jusqu’ici les autres n’interviennent pas. Ces trois croyances sont des opinions personnelles qui ne regardent que le « moi ». Et les autres sont invités à garder leur avis pour eux. Même si on le leur demande, c’est soi qui décide en définitive.

Et même dans cette quatrième composante, les autres interviennent dans un cadre déterminé.

L’affirmation de soi

Le comportement des autres et nos interactions avec eux ont une influence sur l’estime de soi.

En effet leurs soutiens, leurs bienveillances et leurs félicitations ont un impact positif sur l’estime de soi. D’où l’importance d’établir de bonnes relations avec les autres, de leur exprimer nos besoins, nos désirs et nos émotions, voire nos plaintes. Tout en écoutant et en respectant les leurs.

En revanche leurs critiques, leurs reproches et leurs malveillances peuvent avoir un impact négatif sur l’estime de soi. D’où l’importance de savoir prendre en compte leurs critiques sans se démonter. Et se défendre quand on est attaqué personnellement. Voire de s’éloigner de personnes toxiques, qui passent leur vie à détruire l’estime de soi des autres.

Mais cette composante relationnelle doit être limitée dans l’estime de soi. Sinon cela voudrait dire que les autres détermineraient votre estime de vous-même. Et si vous aviez le malheur d’évoluer dans un entourage malveillant, vous en souffririez beaucoup et longtemps.

Les deux niveaux de l’estime de soi

L’infinité de nuances qui existent se résument à deux niveaux.

Une basse estime de soi

Une personne qui a une basse estime de soi ne s’aime pas et ne se respecte pas, avec une infinité de variantes. Certaines sont visibles ou audibles, alors que d’autres sont particulièrement bien cachées.

Homme en mauvaise estime de lui-même

Par exemple quelqu’un qui dévalorise tout le temps ses réussites ou souligne toujours ses échecs, a une basse estime de lui-même. Ou une personne qui ne voit que ses défauts et points faibles, et ignore ses qualités et points forts, souffre aussi d’une basse estime de soi.

Paradoxalement quelqu’un qui cherche souvent à se valoriser aux yeux des autres, a en fait une basse estime de soi.

De plus la critique fréquente des comportements des autres et les attaques personnelles chroniques contre les autres sont la marque d’une basse estime de soi. Comme si rabaisser, humilier et détruire les autres était le seul moyen d’arriver à vivre avec la mauvaise image de soi.

Aussi la consommation de drogue comme le tabac, l’alcool, le shit ou l’héroïne, est le signe d’une basse estime de soi. Le manque d’hygiène personnelle également.

Quand une personne atteint le point zéro de l’estime de soi, elle peut se suicider. Ou se provoquer elle-même des maladies graves jusqu’à en mourir.

Une estime de soi élevée

A l’inverse une personne qui a une estime de soi élevée s’aime et se respecte. Non seulement elle a une vision claire de ses points forts, qualités et réussites, mais elle voit nettement aussi ses faiblesses, défauts et échecs. Elle regarde tout, avec une lucidité élevée sur soi-même.

Par exemple elle accepte un échec sans se démonter, aussi difficile soit-il. Inversement elle ne cherchera pas à se mettre en avant pour une réussite parce qu’elle n’en a pas besoin. Ou elle peut prendre un risque mesuré sans être envahie par la peur.

De plus elle ne cherche pas sans arrêt à se mettre en valeur aux yeux des autres parce que c’est inutile. Et elle ne critique pas non plus souvent les autres parce que c’est du temps perdu. Surtout elle attaque rarement les autres personnellement parce que c’est idiot.

En revanche elle cherche à entretenir des relations constructives avec des personnes saines parce que c’est important.

Deux écoles de l’estime de soi

Certains psys préfèrent une définition intime en considérant que l’estime de soi ne regarde que le « moi ». Et personne d’autre n’entre dans ce regard et cette évaluation fondamentale pour l’être humain.

En revanche d’autres psys privilégient une définition pratique en incluant l’affirmation de soi dans l’estime de soi. Dans la mesure où nos interactions avec les autres ont un rôle à jouer, en bien ou en mal et avec un impact limité.

Quelle est la différence entre l’estime de soi et la confiance en soi ?

La confiance en soi est la confiance dans nos actes, nos réflexions et nos décisions personnels. Alors que l’estime de soi est une évaluation générale et une opinion globale sur soi-même. Donc la confiance en soi est une partie de l’estime de soi.

Surtout ne pas voir de différence entre l’estime de soi et la confiance en soi signifierait qu’on ne peut s’estimer que dans nos actes. Comme si l’action devait être le seul déterminant de la vision et l’évaluation de soi.

Les abus de langage

« Elle a trop confiance en elle-même »

On peut entendre parfois : « elle a trop confiance en elle ». Avoir trop confiance en soi consiste à tenter des actions irréalisables ou entreprendre des projets trop risqués.

Mais il s’agit plutôt d’un manque de lucidité ponctuelle ou d’une erreur d’analyse. A mon sens l’excès de confiance en soi n’existe pas en tant que tel.

En fait c’est surtout l’inverse qui existe. En effet on se croit plutôt incapable de faire telle chose a priori. Ou impuissant à accomplir tel projet avant même d’avoir réfléchi à sa faisabilité.

C’est quand même curieux d’entendre régulièrement cette phrase alors que c’est exactement l’inverse qui est fréquent.

« Il a une haute estime de lui-même »

On peut entendre aussi : « il a une haute estime de lui-même ». Autrement dit est particulièrement orgueilleux. C’est un jugement de valeur péjoratif.

Au contraire avoir une estime de soi élevée est une très bonne chose, comme nous l’avons vu. De plus c’est une haute lucidité sur soi-même dont il s’agit. Donc ça n’a rien à voir avec l’orgueil.

Toute votre vie en dépend

Toute votre vie dépend de ces 4 croyances : l’amour de soi, la vision de soi, la confiance en soi et l’affirmation de soi. Elles ont un effet puissant sur votre bien-être général. D’abord votre estime de vous-même détermine la façon dont vous vous supportez vous-mêmes. Ensuite elle influence beaucoup vos choix d’activités et participe grandement à leurs résultats. Et elle imprime sa marque sur votre philosophie de vie. Enfin elle contribue fortement à votre épanouissement relationnel.

Alors de deux choses l’une :

  • Ou bien vous avez une estime de vous-même élevée et la vie est pour vous plutôt belle. Même si des moments difficiles la noircissent, vous avez de bonnes chances de vous en remettre.
  • En revanche si vous souffrez d’une mauvaise estime de vous-même, la vie sera bien plus difficile. Même quand des beaux moments l’embellissent, vous les verrez de toutes façons de façon négative et ne pourrez les apprécier pleinement.

Quelquesoit sa situation et son histoire, il est possible d’améliorer son estime de soi. Par exemple il est possible d’augmenter sa confiance en soi par ce test en 4 étapes.
Aussi puissantes que soient ces 4 croyances, elles se changent comme toutes les autres en une version positive et bénéfique.

Et même si une enfance peu propice à l’épanouissement est un handicap, elle est rarement une infirmité définitive. Ainsi il reste possible à l’âge adulte de reprendre en main les cartes de son destin.

Je le sais parce que je l’ai fait. Et vous pouvez le faire aussi.

A quel niveau se situe votre estime de vous ? Quel est votre point fort ? Votre point faible ?

Laisser un commentaire

A lumberjack cuts your link spam mercilessly or thanks you for your testimony.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *